Gruger ou pas, lors du contrôle technique ?

homme lunettes douteux

Gruger. Ce petit mot sympathique qui nous donne l’impression de faire quelque chose de fou mais sans vraies répercutions à la fois. C’est ce que l’on est tenté de faire lorsque l’on doit passer un examen, comme le contrôle technique, par exemple.

C’est vrai, emmener son véhicule dans un centre de contrôle et payer pour voir s’il n’y a pas un problème mécanique puis payer de nouveau pour le réparer et payer enfin pour se faire recontrôler… Toutes ces mains au portefeuille nous donnent l’envie de gruger et de taire un petit problème mécanique dont on s’accommode.

Qui est-ce que l’on gruge ?

Gruger, quoi. Mais alors, lorsque l’on ne signale pas un problème mécanique, qui est-ce que l’on gruge ? Le contrôleur, qui, s’il fait bien son travail, finira par découvrir la malfaçon ? L’automobiliste ou le piéton d’en face, qui a eu la bêtise d’avoir confiance en son environnement ? Ou nous-mêmes, qui roulons dans une voiture potentiellement dangereuse, pour nous et pour les autres ?

Bien que le contrôle technique soit une corvée, une perte de temps et d’argent pour certains, cet examen technique valide et certifie la conformité des véhicules en circulation. Et le vôtre aussi. Bien sûr, libre à vous de choisir de ne pas annoncer la couleur et d’attendre que le contrôleur trouve le problème mécanique tout seul. L’essentiel, c’est d’être conscient du problème et de le réparer pour éviter tout accident, pour soi, mais également pour autrui.

Le contrôle technique gage de sécurité

 mécaniciens capot voiture

Des normes existent, et si nombreuses sont les personnes croyant aux différentes théories du complot, celles concernant la sécurité des véhicules dans lesquels nous passons une bonne partie de notre vie ne font pas partie de ces doctrines. Respectons-les pour ne pas à avoir à souffrir plus tard de cette sensation d’adrénaline au moment de gruger.

Grugez sur le poids de vos légumes, grugez dans la queue du supermarché et grugez encore sur votre taille, mais ne grugez pas avec votre sécurité.

Au cours d’une vie, un automobiliste moyen passe environ 3 ans et 4 mois dans sa voiture. Quoi de mieux que de s’y sentir en sécurité, d’être sûr de son véhicule et de s’y trouver serein ? Ce petit problème mécanique, ce n’est sûrement rien. Mais comme le battement d’aile d’un papillon peut engendrer un ouragan à l’autre bout de la Terre, mieux vaut encore s’en assurer et le réparer à tout hasard.

Peut-être qu’il ne vous enverra même pas en contre visite ! Mais au moins vous saurez. Alors, vous grugez ou pas ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *